Samuele Mazzi, double lauréat lors de la "47th EPS Conference of Plasma Physics"   

Samuele Mazzi, thésard AMU-CEA, a obtenu les deux prix: "PhD Student Poster Prize" et le "Itoh Prize" lors de la dernière conférence EPS.

img

Le «Ph.D. Student Poster Prize » est décerné au meilleur poster affiché à la conférence par un doctorant. Le prix est parrainé par la revue Plasma Physics and Controlled Fusion (PPCF), la Société Européenne de Physique (EPS) et l'Union Internationale de Physique Pure et Appliquée (IUPAP). La compétition pour obtenir ce prix est importante car une grande majorité des doctorants présentant un poster lors de la conférence postulent à ce prix. Le jury est composé des membres du comité du programme de la conférence. Samuele Mazzi a obtenu ce prix avec son poster "Suppression of ion scale turbulent transport by MeV range fast ions at JET".

 

Le Prix Itoh, décerné lors de cette même conférence, quant à lui,  vise à récompenser les doctorants qui ont effectué d'excellentes recherches sur la turbulence du plasma, le transport, le confinement ou tout autre sujet connexe. Le concours est jugé par un panel d'experts présidé par le professeur Akihide Fujisawa de l'Université de Kyushu. Samuele Mazzi aura l'occasion de visiter l'Université de Kyushu, au Japon, pendant une semaine, tout frais payé,

 

Au cours de sa thèse, Samuele Mazzi a analysé l'interaction entre les ions très énergétiques générés par les antennes ICRH (jusqu’à 2 MeV), qui déstabilisent des fluctuations du plasma à très haute fréquence appelées modes d'Alfven (AE pour Alfven Eigenmode), et le transport turbulent entraîné par des fluctuations liées aux ITG (Ion Temperature Gradient). Des simulations gyrocinétiques non linéaires par le calcul haute performance (HPC) démontrent clairement que l'amélioration du confinement des ions thermiques obtenue à JET dans de telles conditions est due à une interaction multi-échelle entre l'AE et l'ITG, ce qui conduit à la suppression du transport turbulent. Ces résultats suggèrent que sur ITER, où les particules alpha très énergétiques générées par des réactions de fusion pourraient déstabiliser les modes d’Alfven, le confinement ne sera pas dégradé en présence de tels modes, comme suggéré dans le passé, mais il sera plutôt amélioré.

Samuele Mazzi effectue une thèse AMU-CEA au PIIM (directeur : David Zarzoso), il est co-encadré par l’IRFM (Jeronimo Garcia) et co-financé via l’INSTN.

SMazzi_Poster_EPS.pdf (1.9 Mo)

 
SG165549, dépêche du 29/07/2021