Cérémonie inédite pour fêter les dernières livraisons des PFU en provenance de Chine   

Le 22 septembre, les partenaires de SIFFER (Sino-French Fusion Energy centeR) ont fêté ensemble, et par visio interposée, la fin des livraisons des composants du nouveau divertor de WEST. Ces éléments, appelés PFU (pour Plasma Facing Units), ont été fabriqués en Chine. (vidéo)

img

img img img

 

 

Organisée par l’Institut de fusion chinois ASIPP, la cérémonie a rassemblé, devant de nombreuses caméras, tous les partenaires de SIFFER pour célébrer les dernières livraisons à venir des PFU en tungstène qui viendront habiller le divertor de WEST dans les prochains mois.

Ce divertor, représentatif de celui d’ITER, permettra de tester ces composants et préparer ainsi l’opération d’ITER. . « Le tokamak WEST - exploité à Cadarache par le CEA et ses partenaires mondiaux chinois, européens, indiens, japonais, coréens et américains - s'apprête maintenant à entrer dans sa seconde phase d'exploitation, prolongeant la durée du plasma jusqu'à 1000 secondes pour tester, valider les composants faisant face au plasma de type ITER et préparer leur exploitation dans ITER. » annonçait dans son discours Jérôme Bucalossi, lors de cette inauguration.

Cette cérémonie était également l’occasion de fêter le début des livraisons des bobines de correction pour ITER fabriquées également en Chine.

Ont successivement pris la parole Jianguo LIU, Directeur des Instituts de Physique de Hefei de l’Académie des Sciences de Chine, Keqiang WANG, Secrétaire Général de l’Académie des Sciences de Chine, Bernard BIGOT, Directeur Général d’Iter Organization, Delong LUO, Directeur de ITER CHINA,  Gabriele FIONI, recteur délégué pour l'enseignement supérieur, la recherche et l'innovation de la région académique Auvergne-Rhône-Alpes,  Jérôme BUCALOSSI Directeur de l’Institut de Recherche sur la Fusion par confinement Magnétique du CEA, Christophe POINSSOT le conseiller nucléaire de l’ambassade de France en Chine,  et enfin Xiangyang DENG, le Vice-Gouverneur de la Province d’Anhui en Chine.

En visio à plusieurs milliers de kilomètres les uns des autres les chercheurs français et chinois qui ont travaillé conjointement à la réalisation de ces composants de haute technologie ont ainsi pu fêter ensemble la fin de la phase de fabrication et livraison pour se tourner vers celui de l’exploitation à venir dans le tokamak WEST.

 
SG165549, dépêche du 23/09/2020