• English  | 
  • WEST  | 
16 novembre 2017
Un premier grand composant d’ITER à l’IRFM

Le premier grand composant pour le système magnétique d’ITER est arrivé à l’IRFM (Institut de Recherche sur la Fusion par confinement Magnétique du CEA) pour y être testé. Cet évènement méritait d’être souligné au plus haut niveau. Ainsi, Bernard Bigot, DG d’ITER Organisation, Luo Delong, directeur de l’Agence domestique chinoise en charge de la fourniture de composants d’ITER par la Chine et Alain Bécoulet, directeur de l’IRFM ont accueilli avec enthousiasme ce composant de plusieurs tonnes qui matérialise la collaboration internationale lancée il y a dix ans pour construire ITER.

 

MM. Bigot, Bécoulet, Delong et Mitchell pendant la cérémonie

Cet imposant composant de près de 8 m de long, 4 m de haut et 2,5 m de large pour un poids de 6,6 tonnes, appelé « feeder » en anglais, permettra d’alimenter l’une des bobines supraconductrices d’ITER (la bobine poloïdale n°4) en hélium liquide et en courant. C’est également par ce « feeder » que passent les câbles d’instrumentation de la bobine. Le composant qui sera testé conjointement par les équipes du CEA et d’ITER n’est qu’un maillon de l’un des 31 feeders que livrera la Chine et qui mesurent entre 30 et 50 mètres de long chacun. Il n’en reste pas moins un élément d’une technologie complexe composé de supraconducteurs, d’alimentations électriques supraconductrices, de tuyauteries et vannes cryogéniques, d’instrumentation, d’écrans thermiques et d’une chambre à vide. Il permet d’assurer le passage de l’hélium d’un gradient de température de 300 k à 4 k (c’est-à-dire de la température ambiante à -269 °C). C’est le premier d’une longue série de composants technologiques, preuve concrète de l’effort conjoint de plusieurs dizaines voire centaines de personnes à travers le monde. Cet élément sera positionné dans l’anneau qui supporte le cryostat avant que ce dernier ne soit achevé. Son arrivée témoigne des progrès de la construction du projet ITER. Et pour Bernard Bigot : « Un jour - qui n’est pas si loin - ces composants formeront une machine bien réelle ».

 

A droite, le composant dans les locaux MIFI du CEA

Ce premier composant sera scrupuleusement examiné dans le laboratoire MIFI (Magnet Infrastructure Facilities for ITER) du CEA. En effet, il subira des tests d’isolement haute-tension, de vérification des dimensions et de détection de fuite. Ces tests valideront son bon fonctionnement avant son installation définitive dans le bâtiment tokamak d’ITER. D’autres composants arriveront à l’IRFM dans les mois à venir, amplifiant ainsi la collaboration entre ITER et le CEA, ce dernier apportant son expertise et ses compétences pour la réalisation de cette incroyable machine.

 

Voir aussi :

News ITER : Magnet system - First superconducting component ready for tests
Vidéo sur le sujet

 

 

Maj : 13/12/2017 (626)

Retour en haut